E3, oui, oui, oui.

Finalement après un article que je pensais déjà exceptionnel dans le fait qu’il soit rédigé, en voilà un deuxième ! Reparlons de l’E3. J’étais partie en mode petit troll, était-ce au fond parce que je n’avais jamais eu la chance de « VIVRE » vraiment l’E3 (et cela même derrière un écran) avant ? Et que du coup pour la première fois de ma vie je le fais cette année ?

C’est vrai que mes expériences E3’nesques précédentes n’étaient vécues qu’à travers les commentaires de journalistes, les multiples fuites bien chiantes qui survenaient avant le salon et les quelques infos que j’arrivais à glaner par-ci par-là. Mais il y a tellement moins d’énergie, et surtout d’émotion dans le fait de lire un article compte rendu que dans le fait de le vivre en live que je comprends maintenant n’avoir jamais apprécié l’événement à sa juste valeur.

Du coup, vous vous en doutez, surtout si vous m’avez suivie sur Twitter cette nuit : l’E3 m’a hypée, et il n’est même pas encore fini à l’heure où j’écris. Mais comme je n’ai pas envie que mes souvenirs de cette nuit devienne un bouillon incompréhensible, je vais commencer mon compte rendu PERSONNEL (des jeux/annonces vont passer à la trappe, d’autres vont être bien -trop- visibles) sur les conférences que j’ai suivi jusqu’à maintenant et mettrai l’article à jour fin de semaine pour le reste !

PS : excusez-moi d’avance si j’oublie des choses ou fais des erreurs, j’écris avec les yeux encore plein d’étoiles et une fatigue bien avancée.

Lire la suite

Publicités

50 nuances de SPB

Dans la nuit du 4 au 5 décembre dernier, ma magnifique PlayStation 4 décédait dans des circonstances pas très sympatiques, j’en venais même à faire mon deuil en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=OmXjKqHsx6k C’était donc le coeur lourd, mais soulagée d’avoir souscrit à une extension de garantie chez Micromania (je n’étais plus dans la garantie constructeur Sony, ayant acheté ma console le jour de sa sortie) que j’attendais mon retour en France (15 jours plus tard) pour pouvoir renvoyer ma PS4 à SPB afin qu’ils effectuent le diagnostic et me permettent d’avoir une console toute neuve, repartir à 0, tout en reprenant mes lives et mes jeux en cours. J’espérais donc être indemnisée assez vite. Bel espoir… En effet, je ne vous explique pas ma surprise lorsque SPB m’a gentiment renvoyé ma console en m’expliquant qu’elle n’avait aucune panne. L’espoir n’étant pas encore mort, je l’ai branchée en me disant que finalement, peut-être qu’un petit voyage lui avait fait du bien, et que les doigts magiques du testeur l’avait soignée.

OU PAS.

1ère colère : ce magnifique message pour m’indiquer que ledit testeur avait débranché ma console à la sauvage (chose qui, on est tous d’accord, l’abîme encore plus et est fortement déconseillé, c’est même écrit dessus)

débranchée salement

Seconde colère : me rendre compte que finalement, la situation est toujours la même…

Le plaisir de savoir tout ça la veille de mon départ en Italie pour 7 mois minimum était.. Immense, je dirais. J’ai donc laissé à mon père la charge de recontacter SPB, ce coup-ci directement au service réclamations afin qu’il puisse leur renvoyer de nouveau la console, mais cette fois-ci avec un petit mail expliquant la marche à suivre pour déclencher les erreurs. Pour moi il était tout à fait impensable qu’ils songent à se foutre largement de ma gueule une deuxième fois. Quelle naïveté. Aujourd’hui est arrivé ce joli petit mail :

Nous vous rappelons que le contrat d’assurance dont vous bénéficiez garantit, aux termes de ses dispositions contractuelles, la panne définie comme « Le dommage nuisant au bon fonctionnement de l’Appareil assuré et ayant pour origine un phénomène électrique, électronique, électromécanique ou mécanique interne à l’Appareil assuré. Plus généralement, le dommage nuisant au bon fonctionnement de l’Appareil assuré et relevant de l’Usure de l’Appareil assuré. -sous réserve des Exclusions de la garantie ».

Notre centre technique a procédé à une nouvelle expertise de votre appareil et nous confirme ne pas avoir constaté de panne. Les tests ont été effectués avec 4 jeux différents dont FAR CRY 4 et METAL GEAR GROUD ZEROES pendant 6H, la console lit correctement les jeux et aucune panne n’a été constatée.

Compte tenu de ces conclusions d’expertise, nous sommes au regret de vous confirmer qu’aucune suite favorable ne peut être apportée à votre demande d’indemnisation.

Suite à une vague de tweets -légèrement- colériques de ma part, le gentil CM du compte twitter @SPBAssures a quand même pris le temps de me répondre autre chose que « Puis-je avoir votre n° de dossier pour le transmettre à notre département réclamation svp ? » mais pas pour me dire quelque chose de beaucoup plus utile au final. En effet, cet agréable individu m’explique, en attendant manifestement de moi de la compréhension que le pauvre petit testeur, a testé ma console pendant 6h de suite. Sûrement ledit testeur, qui débranche les consoles sans les éteindre… Mais, comment, au bout de 6 laborieuses et réalistes (surtout) heures de test n’a-t’il pas pu constater les erreurs qui, chez moi, mettaient seulement 5 minutes à apparaître ?

that sucks

Suite à tant de haine (de ma part surtout) et tant de mauvaise foi (de leur part surtout) je me suis dit qu’il était de temps de faire des recherches sur SPB. Je vous emmène donc sur le chemin de l’arnaque sans remords, préparez votre tube de vaseline et attachez vos ceintures. Je suis d’abord allée sur le site officiel de SPB, histoire de comprendre la bête, et ce qu’elle représentait. Je me suis tout de suite sentie concernée, par le public visé. pas content.jpg Leur façon de prôner la confiance m’a pas mal interpellée aussi, je pense alors à toutes ces marques qui ont la malchance d’être associées à ce genre d’énergumènes. Capture d’écran 2015-02-13 à 15.20.44

Et surtout, en me rendant sur spb-assurances.fr j’ai vaguement rigolé, quand j’ai vu ceci :

Capture d’écran 2015-02-13 à 15.22.55

Les derniers sujets de discussions me semblent clair : nous avons affaire à des maîtres dans la catégorie : je vous entube, et j’aime ça. J’ai donc poussé ma recherche encore un peu plus loin, et c’est là qu’un ami Twittos m’a gentiment envoyé ce lien : http://www.60millions-mag.com/forum/assurances-mutuelles-f67/spb-deposition-de-plainte-t9985-30.html Outre toute la honte que j’espérais voir transparaitre dans les réponses de SPB à tous ces gens mécontents pour diverses raisons, j’ai surtout ressenti encore beaucoup de colère, en voyant qu’après maintes menaces de plaintes sur leurs pratiques douteuses et remplies de mauvaise foi ils ne changeaient toujours pas de crédo : on continue de vous entuber, et on aime toujours ça. Manifestement SPB aime se faire fouetter (d’où mon titre du coup). Malheureusement toutes ces recherches (et les cris tendus qui les accompagnent) me mènent à une seule conclusion : soit j’accepte mon sort, je prends ma vaseline et je me sers de ma PS4 actuelle comme presse papier jusqu’à la fin de ma vie. Soit je gueule, et je cherche un moyen, de faire valoir mes droits. Toute pratique judiciaire me semble compliquée, de par ma présence en Italie, mais quels autres recours ai-je vraiment ? Je ne veux pas m’asseoir sur ce à quoi j’ai droit, et je ne le ferai pas; quant bien même on doive m’entendre crier jusqu’à Tokyo. Voilà, j’ai fini (pour ici) mon coup de gueule, je vous laisse avec ma dernière preuve : les râles du lecteur de ma PS4 quand j’essaie de lancer un jeu (ou même un film). http://instagram.com/p/wOTBSWCooL/?modal=true

MAJ : Suite au bruit produit par mon désir très fort de ne pas passer au dessus de cette injustice, SPB m’a finalement contactée pour reprendre en main mon dossier. Ce qui a mené (ENFIIIIN) à la conclusion que oui, ma console avait un problème (preuves photos/vidéos à l’appui) et à l’acceptation d’un changement à neuf en magasin. C’est donc sur une jolie victoire que se termine mon histoire mais je n’oublie pas tous les gens qui subissent la même chose et n’arrivent pas toujours à faire valoir leurs droits. Cet article est donc toujours de rigueur dans l’idée que, si je n’avais pas remué les choses comme je l’ai fait, rien ne se serait passé, et j’aurais dû gentiment attendre le jour où j’aurais financièrement été capable de reprendre une PlayStation 4. Donc payer deux fois la même console, chouette. Et c’est une chose qui doit certainement se passer de temps en temps avec eux. Mais je prends bien en compte aussi qu’une fois qu’on a mis le bordel, les gens compétents apparaissent et quand ils décident de t’aider, cela se fait relativement vite et de façon très efficace (bon point pour eux et je remercie grandement la personne qui s’est occupé de mon cas).
Au final la moralité de l’histoire, et de beaucoup d’autres histoires, c’est malheureusement que, dans la vie, on a jamais rien sans gueuler. Donc : ne jamais laisser tomber et ne pas laisser les choses se tasser !

Ange gardien ou destructeur ?

Dans mon cas la question ne s’est même pas posée, comme dans Infamous premier du nom je ne me voyais pas faire autre chose que le bien, à vrai dire si je veux fracasser de l’innocent je change de CD et je glisse un petit GTA ou un Saints Row.

ATTENTION : plusieurs captures d’écran ou informations présentes ci-dessous pourraient générer des spoils, vous êtes prévenus !

maison tribus

Là n’était donc pas le but et le karma ange gardien s’est imposé tout naturellement. D’autant plus que le personnage principal, Delsin, de par l’affection qu’il porte à sa tribu, à sa famille, se prête vraiment à ce côté bon en gardant ce caractère jeune et impulsif qui lui vaut le plaisir d’être de plus en plus « famous » auprès des citadins ! Et je dois dire que mon coup de coeur a été direct au lancement du jeu. Pourquoi ? Les graphismes… Il faut dire que dès les premières minutes Infamous Second Son me prenait par les sentiments. Une forêt luxuriante en bord de lacs (ou mer?), une réserve indienne avec ses totems partout, les maisons en bois, un soleil qui se reflète sur l’eau, des textures magnifiques. Et le plaisir continue même après la traversée du pont qui nous fait rejoindre la première île où tout va vraiment commencer.

L’histoire et ses personnages

Après 24 ans passés à poser des graffitis à droite à gauche et jouer les rebelles au sein de la Réserve Akomish, Delsin Rowe a vu sa vie changer en quelques secondes au cours d’un face à face brûlant avec Hank, évadé de Curdun Cay (une prison pour porteurs tenue d’une main de fer par Augustine Brooke, leader du DUP et porteuse elle aussi). Et cela aurait pu rester relativement calme si Augustine et ses super pouvoirs en béton (et pas en carton) n’étaient pas venu blesser toute la tribu du jeune homme… Dès lors c’est une aventure trépidante mais aussi une course contre la montre pour sauver ses amis qui s’ouvre à Delsin, une aventure où chaque choix le fera évoluer, en bien ou en mal c’est à vous de décider. Mais sachez que vous ne serez pas seul, puisque le frère de Delsin, Reggie, et deux autres porteurs Eugène et Fetch,  vous seront d’une grande aide dans des phases de jeu plutôt compliquées, enfin, si vous arrivez à les convaincre de bosser avec vous dans un premier temps !

Pour une analyse plus aboutie je tiens déjà à dire que les personnages sont plutôt attachants surtout si vous vous êtes lancés sur la voie du « bon » karma je pense. Reggie, assez  porté anti « bio-terroristes » au début (synonyme péjoratif de « porteurs ») se sentira d’abord complètement perdu dans ses sentiments envers son frère, ce qui, au fur et à mesure, apparaîtra comme un cadeau dans l’esprit de Delsin se révèlera tout d’abord être une malédiction pour Reggie et il n’aura pas d’autre objectif que de vouloir vous sauver de vous-même … Il tient donc parfaitement son rôle de frère protecteur et canaliseur face à l’irresponsabilité et l’impulsivité du personnage principal. Fetch et Eugène s’inscrivent directement dans la liste des victimes du DUP, rejetés par leur famille ou leur entourage – les parents de Fetch l’ont dénoncée aux autorités en apprenant pour ses pouvoirs, et Eugène était ce genre de victime malmenée à l’école – ils se sont réfugiés dans leurs pouvoirs et ont développé une certaine rage qui a fait croître ces derniers… Vous découvrirez d’ailleurs leur histoire à l’occasion de flashbacks au terme de vos affrontements. Ces flashbacks bénéficient d’ailleurs d’un design « street art » très appréciable et coloré ! Voilà un petit échantillon pour que vous puissiez vous en faire une idée :

Le boss

Augustine joue parfaitement son rôle de boss, dès les premières minutes du jeu on a carrément envie de lui arracher les yeux, avec son air suffisant, ses réponses à tout et son pouvoir que personne ne semble pouvoir arrêter. Mais son histoire intrigue, elle est quand même à la tête d’une organisation ANTI porteurs en étant elle-même un porteur ! Quand ? Pourquoi ? Comment ? On veut savoir ! Et ces interrogations lui donnent finalement beaucoup plus d’importance qu’elle n’en a. Car au final, et c’est là que je dénonce le côté simpliste de l’histoire, la mission principale n’est pas si longue que ça et si on voulait la résumer on pourrait dire que malgré quelques obstacles en route on est allés botter le cul de la méchante, ça a sauvé notre tribu et à peu près toute la ville, youpi. Car outre le fait que j’ai plutôt mal joué mon coup face à elle lors de notre dernier affrontement (qui se fait en 2 phases) en restant constament coincée dans des éléments de décor ridicules, eh bien il faut dire qu’elle se tue relativement simplement (une fois qu’on a compris que passer entre ses jambes est la meilleure façon de survivre).

Le Gameplay

J’ai noté une bonne fluidité dans les mouvements du personnage, qui restent quand même réalistes puisque, bien que Delsin soit très souple et qu’il puisse de façon scandaleuse sauter au bas d’un immense immeuble sans se faire mal; il ne peut pas grimper là où les prises physiques n’existent pas – eh ouais. La prise en main est très agréable, on à l’impression de sentir à la fois la pesanteur du personnage dans les pas qu’il fait mais tout autant sa légèreté à chaque saut, ce qui pour moi équilibre le tout à la perfection. L’escalade est d’ailleurs très agréable surtout à partir du moment où vous faites évoluer vos pouvoirs, entre courses hypersoniques et planages tout en fumée : pas le temps de s’ennuyer, la ville est à vous ! Attention toutefois à ne pas vous enflammer. Personnellement, et je fais ça sur Assassin’s Creed aussi, quand je joue un personnage aussi rapide et qui grimpe partout il m’arrive de partir dans tous les sens et en plus de gueuler si monsieur a le malheur de sauter à côté… Alors si vous êtes -dingue- comme moi, prenez le temps de faire les choses correctement, et attendez d’avoir obtenu le pouvoir Néon bien optimisé pour faire absolument n’importe quoi dans vos gestes, cela vous sera plus agréable :p.

En parlant des pouvoirs ! Ils sont au nombre de 4, mais vous ne recevrez le dernier que tardivement dans l’histoire – enfin si vous avez suivi, vous aurez compris que vous le gagnerez tout simplement à la fin du jeu quand Augustine sera finalement vaincue. Vous aurez donc : 1) la fumée, reçue via Hank au tout début du jeu, c’est à ce moment que Delsin comprend qu’il est devenu un porteur 2) le néon, transmis par Fetch après l’avoir vaincue 3) la « vidéo », cadeau d’Eugène après un face à face relativement long et chiant (oui je me suis arraché les cheveux sur ce boss) et 4) le béton. Le fait d’avoir 3 principaux pouvoirs différents permet d’atténuer le côté répétitif du jeu. Attention par contre, votre énergie n’est pas limitée et bien que vous puissiez augmenter sa durée, il vous faudra régulièrement vous approvisionner à différents points (néons, cheminées, paraboles, etc) pendant les affrontements !

En effet, comme un bon vieux AC, Infamous Second Son se voit doté de quêtes annexes vous promettant des heures de jeux avec comme objectif principal : vider un quartier de toute influence du DUP. Ici chaque quartier possède donc une zone DUP (dont il vous faudra souvent vous en occuper avant de pouvoir continuer la mission principale) avec caméras, mini boss et noyaux d’énergie à détruire. Afin de diminuer l’influence du DUP sur une zone vous pourrez aussi détruire les passages SCAN (qui permettent de dévoiler les porteurs), libérer des porteurs, détruire des caméras cachées, tuer des agents du DUP dissimulés parmi les civils, récupérer des extraits audio et tout cela jusqu’à déverrouiller la plus grosse action en terme de coup dans l’influence du DUP : la confrontation. Avec celle-ci vous essuierez des vagues d’ennemis (hélicos, mini-boss, agents du DUP, etc) jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus, tout simplement ! 

Petite anecdote perso : on serait tentés de vider toutes les zones avant de finir la quête principale, ici je vous suggère de laisser de côté celles qui ne sont pas réellement sur votre chemin, de cette façon vous jouirez vraiment du dernier pouvoir en retournant sur l’île et en allant descendre les troupes du DUP restantes avec votre nouveau joujou en béton ;)

 

Donc oui, les actions se répètent et se ressemblent mais le fait d’acquérir de nouveaux pouvoirs ou de nouvelles actions déblocables avec les points d’énergie vous donneront envie d’aller botter des fesses DUPiennes pour les tester.. Et c’est là que l’arbre de pouvoirs devient votre ami le plus fidèle ! Il sera à terme composé de 5 branches : attaques de mélée simples, fumée, néon, vidéo et béton. Débloquer une nouvelle action nécessitera un nombre plus ou moins élevé de points d’énergie (récupérables via les petits drônes mobiles ou non sur toute la carte ou en détruisant des zones du DUP et leurs relais de noyau) et certains ne seront même accessibles qu’en fonction du Karma que vous suivez depuis le début du jeu !

Sans oublier le petit plus : le pavé tactile de la manette et même la manette en elle-même est un outil assez efficace dans le gameplay du jeu, vous devrez secouer/déplacer les manettes dans vos petites sessions graffitis et aussi interagir avec le pavé tactile pour drainer les énergies, ouvrir des grilles, relever des relais de noyau. Cependant petit bémol sur la précision, spécialement lors des exterminations des zones DUP, vous aurez à passer le doigt vers le haut sur le pavé tout en martelant R2. À ne pas faire à la va vite, je suis morte plusieurs fois à cause de ça en voulant couper court à l’affrontement et je n’avais pas compris qu’il fallait maintenir le doigt sur le pavé, ce n’est pas vraiment explicite et une demi seconde d’inattention suffit à vous forcer à recommencer l’exercice.

C’est votre dernier mot ?

Et le dernier mot sera focalisé sur ce principe de choix. Fidèle à ses bases, Infamous Second Son n’a pas oublié ce qui entre autre l’a rendu célèbre : le fait de pouvoir choisir d’incarner une vraie bête enragée ou un gardien dévoué !
Ici encore les choix influent donc sur toute l’histoire, et il ne tient qu’à vous de savoir comment vous voulez vivre cette expérience ! De plus, cet aspect offre une rejouabilité non négligeable puisque vous voudrez sûrement savoir quelle aurait été l’histoire si vous l’aviez joué autrement, par exemple, ayant fini le jeu en Karma bénéfique je ne peux m’empêcher de me demander (même si je trouve le côté maléfique moins adapté au personnage) : que se serait-il passé si j’avais joué les méchants ? Et puis évidemment, pour ceux dont la quête des trophées et surtout du platine est importante, refaire le jeu avec le karma opposé vous sera nécessaire pour mener à bien votre mission.

Alors maintenant si vous hésitiez encore à faire Infamous Second Son, ou si encore vous l’avez fait et que vous l’avez vous aussi apprécié (et que vous avez peut-être mettre récupéré le platine!) j’espère que cet article vous a plu ! Comme d’habitude n’hésitez pas à partager vos impressions sur le jeu en lui-même ou bien l’article ! En ce qui me concerne, j’attaque le DLC First Light depuis hier soir et c’est un régal, j’écrirai un billet dessus aussi quand je l’aurai fini !

reggie

Un amour de mitochondrie

Ce billet aujourd’hui pour vous parler d’un jeu qui a marqué mon enfance, les yeux brillants dans le dos de mon père qui jouait, un feu de cheminée brûlant dans notre maison de campagne perdue dans un village où les vaches sont encore plus nombreuses que les humains.

Une soirée idéale pour moi à cette époque, et cela pendant encore très longtemps après, consistait à me percher dans une chaise longue, doudous, oreillers et couvertures bien présents, derrière mon papa qui prenait grand plaisir à nous faire découvrir (à mon frère et moi) bon nombre de survival horror sur PS1. C’était donc notre quotidien pendant les vacances d’été, après des journées passées à nager au lac, peindre des maquettes d’avion, faire des cabanes et un bon dîner : installation, activité nocturne !

C’est donc en cette fin août 1999, date de la sortie de Parasite Eve 2 en Europe (le 25 août plus exactement) que j’ai pu profiter de cette expérience mitochondrique, par procuration certes mais cela ne gâche en rien le ressenti ..!

mitochondrie

Aujourd’hui c’est la version téléchargeable sur le store et jouable sur PlayStation VITA qui m’a fait replonger dans cet univers horrifique et m’a donné envie de vous en parler.

En effet, comme certains d’entre vous le savent, étant partie 4 mois cet été en stage à Barcelone, je n’avais pu amener dans mes valises que ma 3DS XL et la PlayStation Vita, l’occasion de rejouer à quelques jeux PS1 et de découvrir le très bon Tearaway (sur lequel j’ai déjà écrit ici : playyear.wordpress.com/2014/06/14/bienvenue-dans-mon-monde-en-papier).

C’est donc après un téléchargement particulièrement long (que le wifi espagnol était pourri mon dieu …!) que j’ai pu commencer mon petit jeu, posée tranquillement dans le métro (oui, direction mes sushis préférés, comme souvent cet été – mais chut).

Redécouvrir la cinématique du début a fait sauter mon petit coeur de joie. C’était une révolution de graphismes à cette époque, à mille lieues des graphismes in game, évidemment.

Mais bon, j’entame mon article sans même vous présenter la trame de l’histoire et le contexte alors que certains d’entre vous ne le connaissent pas … Quelle mauvaise narratrice je fais. Rectifions le tir ! Parasite Eve 2, comme son nom l’indique est la suite directe du premier opus Parasite Eve.

mitochondrie

Nous y incarnons la jolie Aya Brea, inspectrice de police au NYPD. Alors que celle-ci se détend à l’opéra de Manhattan lors d’une représentation de la chanteuse Melissa Pierce, la jeune artiste se transforme en monstre, une mutation due à des cellules « mitochondriques » présentes dans son corps, appelées « Eve », le problème c’est que ces cellules mutantes ne sont pas très fidèles et en profitent donc pour aller contaminer bon nombre d’autres être vivants (humains ou animaux). Aya étant immunisée contre celles-ci, il lui incombe donc de terrasser la chose et d’endiguer la contamination avant que le pire n’arrive – l’éradication entière de la race humaine par exemple ?

Ce premier opus n’a jamais été disponible en Europe, mon père a eu la chance d’y jouer parce que nous avions une version gravée (haaaan pas bien) comme les 3/4 de nos jeux d’ailleurs, bref. Ce qui est bien malheureux puisqu’il me semble indispensable pour pouvoir apprécier et suivre le 2 correctement. Heureusement la cinématique de début comblera un peu cet handicap en vous rappelant très rapidement les grandes lignes du 1 ! Du coup, vous l’avez deviné, les monstres sont de retour, c’est la mouise et Aya, cette bonne Aya, reprend du service, mais ce coup-ci en tant qu’agent du M.I.S.T – Mitochondrion Investigation and Suppression Team, une branche spécifique du FBI.

Beaucoup de gens estiment qu’il fait partie de ces jeux d’horreur qui ne faisaient pas vraiment flipper. Je ne suis pas tout à fait d’accord, certes j’étais très jeune et cela a sûrement même déteint sur mon expérience récente (et je suis une flippette, oui oui), mais je peux dire qu’il me fait toujours autant stresser, même si je me souviens plutôt bien de l’histoire, à quel moment tel monstre apparait, etc. :)

Je vous partage d’ailleurs ma première grande frayeur dès le début du jeu : instagram.com/p/rM3RAIiogh/?modal=true – instagram.com/p/rM3svyCohd/?modal=true une cinématique en OR, enfin, sang et or, parce que c’est joliment dégueulasse, il faut le dire.

Dès le début on vous met dans l’ambiance : vous allez avoir peur, y’a des monstres pas beaux partout, ne croyez personne tout ça – les humains peuvent ne pas être humains, preuve à l’appui !

Allez, et si on débarquait toute seule dans un bâtiment géant et surtout plein de trucs affreux ?

Parasite Eve 2 bénéficie d’un système de jeux très similaire à Resident Evil avec un petit plus : certains éléments se rapportent quand même pas mal à un jeu de rôle. Pour le reste, vous ramassez des objets sur les cadavres, sauvegardez à des points précis incarnés par des téléphones muraux, accédez parfois à des stocks de munitions illimités (laissés par de généreux cadavres de policiers, merci les gars) et gagnez des points à chaque monstre ou horde éliminé(es) – ce qui rassure pas mal quand on a le stress du « il en reste encore ??? » mais a aussi le don de faire stresser presque plus quand l’angle de la caméra ne vous montre plus rien et que les points ne s’affichent pas … (il est où l’enfoiré ?!). Ah, le truc sympa aussi, à chaque mauvaise rencontre un petit ralenti se déclenche en même temps que l’image passe 1 seconde en noir et blanc (ce qui rappelle pas mal tout ce qui est RPG à la FF ou Pokemon quand un combat commence, sans le changement de plan).

Je ne l’ai pas encore fini sur Vita, car je pense qu’au final j’aimerais le faire sur PS3, histoire de retrouver la prise en main de la manette bien que le jeu manque de souplesse, ce serait une façon de me rapprocher encore plus de l’expérience de jeu originale même si j’adorerais le faire directement sur ma PS1 mais le CD (gravé aussi) ne fonctionne plus – trop de rayures :( – et je ne le trouve pas en boîte autour de chez moi …

Alors voilà, j’espère que cet article vous fera soit remonter des souvenirs, soit vous donnera envie de découvrir Parasite Eve. Dans le « pire » des cas il est toujours disponible sur le store pour moins de 10 euros, et il vaut vraiment le coup …
Ah, une petite anecdote pour la fin (j’ai pris l’image sur le web n’ayant pas eu l’occasion de faire la photo moi-même). Quand j’étais petite je parlais d’un Parasite Eve 3 (non je ne parle pas de l’épisode sur PSP, je l’ai testé mais pas encore eu l’occasion de le faire réellement), un opus qui se passait dans le désert. Il y a peu j’en parlais encore à un ami qui au détour de la conversation m’a demandé « bon sang mais de quoi tu parles?! » et après quelques recherches approfondies, il se trouve que Parasite Eve 2 était long, et change complètement d’univers à un moment puisque nous passons de Los Angeles a un décor très désertique voire un peu western, je croyais donc que la deuxième partie était un jeu à part entière ! Que voulez-vous, j’étais jeune et perdue :)

mitochondrie

Pas d’amour sans jeux vidéo …

À chacun son crédo !

Ce retour en France pour 15 jours à réellement un goût de paradis. Il faut dire que passer d’un état de fatigue intense mêlé au fait de vivre dans un appartement qu’on déteste à un état de joie ultime d’être de nouveau entouré de ses proches, et de vivre/dormir dans un lieu qu’on aime => c’est chouette.

Surtout quand tu retrouves tout plein de colis, cadeaux, etc. Et qu’un samedi banal se découvre peu à peu des airs de 25 décembre !

Alors oui le fait est qu’au début de mon séjour en Espagne je m’étais commandé pas mal de choses (entre les promos Amazon, la ventreprivee Nintendo, et autres) et du coup c’est là, alors que j’arrive à la fin de mon stage, que tout entre enfin en ma possession (ouiiiiiiii!).

jeux nintendo

Mais j’ai aussi eu droit à des super cadeaux de gens fantastiques, « IRL » (mon papa, mon amoureux..) mais aussi « virtuels » (Maxlandx) <- ce qui ne les rend sûrement pas moins chouettes.

 

Sans jamais oublier non plus de réclamer mes magasines préférées :

jvlemag(oui, j’étais légèrement en retard)

Mais aussi les magasines du moment, sur lesquels on aimerait bien en savoir plus …

The Game

Au final me voilà, ne sachant plus à quoi jouer et lançant un peu tout à la fois (c’est pas bien ça Caroline, tu t’éparpilles !).

Resident evil 2Resident Evil 2 oblige … <3

Mais bon, l’essentiel je dirais, c’est d’être heureux mais aussi, de savoir trouver sa place … En cela, je ne crois pas avoir eu trop de problèmes :

invasion consoleBon je n’ai pas toutes mes consoles mais j’ai déjà assez bien envahi le territoire de mon copain, *fierté* ;).

 

 

 

Pourquoi j’aime ma PS VITA ?

(à l’heure où tout le monde voudrait l’enterrer)ImageImage

1. Première raison, et peut-être la plus simple : parce que je la trouve hyper jolie. Pour moi, esthétiquement c’est un petit bijou électronique. Un écran vif et coloré, une finition chromée très chic, un design moderne .. Et même la partie arrière, qui souvent laisse à désirer esthétiquement au vu de son inutilité, me plait. Je ne vous sortirai sûrement pas tout un tas de caractéristiques précises puisque pour moi, juger une console directement sur la taille de son écran, sa puissance, sa capacité de mémoire interne etc. C’est comme vous sortir les mensurations de quelqu’un avant même de savoir s’il est sympa … Utilité ? Objectivité ? 0. (Je ne dis pas non plus que ce n’est pas important, mais ça ne fait pas TOUT et je ne cautionne pas le fait de réduire une console seulement à sa fiche caractéristique)

2. Parce que c’est un cadeau de ma maman pour mon permis, et que ça, ça lui donne +1000 de valeur puisque tout de suite je lui ai parlé de mon envie de m’auto récompenser (oui sérieusement, j’étais très heureuse ^^) pour mon permis durement acquis en m’achetant la VITA et elle m’a soutenu dans mon choix jusqu’à décider de me l’offrir elle-même, et ça c’est beau <3 (j’admire d’ailleurs plus son soutien en lui-même que l’achat).
Et qu’en plus, je ne suis pas mécontente de l’offre dont j’ai bénéficié (le pack avec 10 jeux téléchargeables -dont Wipeout, LBP, Little Deviants..- une carte 8Go, et la garantie parce qu’on est jamais trop prudents, au moment d’une remise bien sympa, le tout pour 150 euros je crois) !

3. Parce que mon fond d’écran est pourri, mais je l’aime quand même <3 (raison tout à fait inacceptable, je le conçois).
Image4. Parce que grâce à des gens fantastiques (et un en particulier pour ce coup-là) j’ai pu ENFIN télécharger mes jeux PS+ qui n’attendaient que de se faire une place dans la console en remplaçant ma carte 8Go par une 16 Go. Merci :-*

Image

5. Parce que les fonctionnalités tactiles (pour les jeux qui en bénéficient et qui l’utilisent à bon escient) sont très fluides et peuvent rendre l’expérience de jeu très intéressante.

6. Parce que oui, je joue principalement à des jeux PSone dessus – ce qui confirme le légendaire « sur la PS VITA y’a pas de jeux ». Mais ça me va très bien, j’en étais bien consciente dès le début. Et figurez-vous que, jouer à Crash Bandicoot ou Oddworld dessus ben c’est bien cool !

7. Parce qu’il y a des exclus VITA vraiment très sympa comme Gravity Rush, Guacamelee ou même Little Big Planet. Et dans les jeux qui me feraient sûrement craquer si j’en avais les moyens je mettrais : 1) Tearaway 2) Dangan Ronpa 3) Final Fantasy 10 et 10-2 4) Farming Simu.. Ah non ça c’était une blague ! ;)

Image

ImageAlors oui cette console manque cruellement de jeux, oui les prix des cartes mémoires compatibles avec rien du tout (à la Apple) coûtent scandaleusement cher, oui le rapport qualité/prix est indécent si vous l’avez acheté au prix fort, oui quand je joue je mets mon pouce sur la sortie du son, et oui des fois mes doigts ripent sur le tactile derrière et ça me fait faire n’importe quoi – zut je m’enflamme sur des points négatifs … ;). Mais rien que pour des jeux comme Gravity Rush, je suis vraiment heureuse de posséder ce petit bijou et je la conseillerai à tous ceux qui ont les moyens, qui savent à quoi s’attendre et qui sauront voir en cette console le potentiel qu’elle possède et surtout, celui qu’elle mériterait qu’on mette plus en avant !

Des jeux plein ma valise …

BkIe086IAAA_5la

Gros dilemme aujourd’hui ! J’ai décidé que pour mon stage à Barcelone, j’allais me télécharger encore quelques jeux PsOne sur ma Vita. Alors la question est : quels jeux conseilleriez-vous dans ces cas-là ?

Si vous êtes comme moi,  il faudra compiler avec les jeux que vous avez déjà en version physique (dont vous pouvez voir un échantillon ci-dessus), et que vous n’aurez donc sûrement pas envie de racheter (sauf exception comme Crash Bandicoot 3 : Warped pour ma part, que j’ai repris quand même..)

Je pense qu’il est important de prendre en compte le fait que ce soit pour y jouer sur Vita, on est d’accord que tous les jeux n’auront pas le même rendu au niveau de l’expérience de jeu entre la console portable et celle de salon par exemple. J’en ai déjà racheté quelques uns que je ne pourrais que vous conseiller chaudement :

Crash Bandicoot 3 : Warped qui n’a pas pris une ride et s’adapte vraiment bien à la version portable.

Crash Team Racing que j’ai toujours trouvé fantastique et qui n’a encore pas trop mal vieilli

Tomb Raider 2 pour l’histoire et la nostalgie des graphismes. Mais rappelez-vous bien qu’il n’était déjà pas super maniable en 1997 .. c’est pire aujourd’hui !

Hercule, parce que, quand j’étais petite je jouais sans cesse à la démo sans jamais me départir de ma frustration à l’heure où elle finissait .. Il était temps que je le fasse en entier …

Et L’Odyssée d’Abe parce qu’il a toujours eu un concept et un scénario génial, et que je ne me lasserai jamais des mimiques et autres interactions qu’on peut lui faire faire face à ses collègues :)

Derrière ça il y a aussi ceux que j’ai fait mais que je n’ai plus pour diverses raisons, que je serais bien tentée de refaire, et que, je vous conseille aussi par la même occasion :

Ape Escape pour les souvenirs vagues mais énormes que j’en ai (et la musique mon dieu ..), si la nostalgie vous prend ou si, tout simplement vous ne connaissez pas ce jeu, je vous invite à regarder ce petit  Let’s Play !

Cool Boarders 2 si vous aimez les jeux de snow type SSX, mais en plus irréaliste et déjanté, je conseille le 2 tout simplement parce que c’était mon préféré et je trouve aussi le plus joli, sachant que le 3 est moins bon niveau maniabilité aussi ..

Crash Bandicoot 1 & 2 mais je pense qu’il est inutile de préciser pourquoi !

Chrono Cross, suite de Chrono Trigger sorti sur Super Nintendo en 1995. Alors, même si j’ai déjà précisé plus tôt ne pas être trop fan de RPG, j’ai toujours trouvé les univers magnifiques, ce qui m’a fait les apprécier plus petite quand même. Le bestiaire est vraiment très sympa, tout comme les personnages aussi. Il a été réadapté sur PSP par la suite, mais seule la version PsOne est disponible sur le store !
Suite à cela je conseille évidemment les FF, pour moi c’était surtout Final Fantasy VII et VIII

Dino Crisis créé par Shinji Mikami donc, créateur de Resident Evil, est donc un même type de survival horror mais, comme son nom l’indique, avec des dinos à la place des zombies (perspicace Caro..). J’étais juste amoureuse de ce jeu, et bien sûr, je m’étais mis dans la tête de devenir comme l’Agent Regina plus tard <3. On trouve tout le long du jeu évidemment beaucoup de similitudes avec Resident Evil mais avec une petite nouveauté (et pas des moindres) : il est possible de viser en marchant, eh ouais ! Autant vous dire que j’étais sur mes gardes non-stop … Ah par contre, ne cherchez pas à vous battre face à une horde de dinosaures … C’est vraiment comme RE, y’a des moments où fuir est une bonne idée… ;)

Au final, ma liste n’en fini plus, alors je vais me cantonner à une plus petite rapidement des autres jeux que je vous conseillerais et qui, au fond, ne nécessitent plus vraiment qu’on les présente :

Dans la série des survival horror, je citerai évidemment les Resident Evil qui, pour moi, en sont une base. Les Silent Hill aussi, et si vous ne connaissez pas, essayez de faire Parasite Eve, sur le store seul le 2 est disponible puisque le 1er n’était pas sorti en Europe (seulement au Japon et en Amérique du Nord) mais il est tout à fait possible de le trouver.

Pour les Metal Gear Solid, je ne suis pas sûre de les conseiller en téléchargement … Etant donné qu’on peut se procurer la Legacy Collection avec tout ce qu’il faut dedans !

En jeu de combat les Tekken bien sûr ! Mais aussi Guilty Gear.

Sinon pour citer d’autres types de jeux par-ci par-là que j’ai adoré, il y a MediEvil, Pandemonium!, Soul Reaver, les Rayman, et les Spyro aussi que je trouve ultra chouettes encore aujourd’hui. Mais j’en oublie sûrement plein d’autres !

Au final, je me rends compte que je me suis enflammée avec cet article et qu’au final je suis encore plus perdue qu’avant … :O. J’attends vos commentaires avec impatience, n’hésitez-pas à partager vos ressentis, vos coups de coeur/nostalgie, vos coups de gueule aussi et surtout vos conseils, je pense qu’il serviront à bien des gens :)