Ôde à l’Alien

Rendez-vous ce soir 20h30 pour un live angoissant sur Alien Isolation !

live alien

Je signe donc mon retour sur Twitch (enfin ! ça m’avait manqué) en découvrant ce jeu avec vous en live directement. Grosse surprise donc pour moi ce soir, en espérant que l’expérience vous plaise tout autant qu’elle me plaira !

J’ai de bons espoirs en ce qui concerne ce titre, étant une grosse fan de la saga Alien j’ai pu voir avec la bande annonce et le résumé que ce jeu-là s’inscrivait directement dans l’histoire des films (entre le 1 et le 2 me semble-t-il ?), les graphismes ont l’air très sympa et malgré plusieurs avis négatifs, la plupart des gens que je connais l’ont apprécié, apparemment, à sa juste valeur. Je m’attends donc à pas mal de bonnes choses – du moins, je croise les doigts pour que ce soit le cas. Et si ça l’est, je peux d’ores et déjà vous dire que c’est ensemble que nous parcourront les couloirs obscurs d’une station spatiale pas très accueillante …

live alien

On m’a dit que l’infiltration et donc la discrétion étaient les mots d’ordre du jeu, pour ceux qui me connaissent, ça ne les étonnera pas si je précise qu’on va sûrement bien rigoler, la discrétion n’étant généralement, pas mon fort ! Mais, advienne que pourra, je veux SURVIVRE : gros challenge.

Je vous laisse donc préparer le live comme moi, lumières éteintes, et cliquer sur le lien de la première image pour être redirigé directement sur ma chaîne Twitch – la survie commence à 20h30 !
Et n’oubliez pas … « Dans l’espace, personne ne vous entend(ra) crier ».

 

Publicités

Plaisir d’avoir peur ou horreur de jouer ?

Parce que, comme vous avez été nombreux à le voir en direct comme en rediffusion, j’ai flippé comme jamais sur le P.T : j’ai eu envie d’écrire sur ce sujet. Qui m’a apporté de grandes joies mais aussi de grandes frayeurs… Ce qui m’a finalement poussé à m’interroger sur certaines choses.

Où est la limite à partir de laquelle un jeu va me faire peur sans me procurer un quelconque plaisir ?

Serez-vous toujours au rendez-vous si d’autres lives il y a, mais dans un autre registre ?

plaisir ou horreur

Déjà, remettons-nous dans le bain : qu’est-ce que c’est que ce P.T ?
Et bien pour ne pas me répéter plusieurs fois sur la toile, je vous invite à vous renseigner un petit peu ici : Le secret Silent Hills n’aura pas duré – Gamer-Network.fr
Voilà, pour ceux qui n’étaient pas à la page. Je reprends. J’ai donc téléchargé comme beaucoup de monde cette démo, en ayant entendu parler au préalable mais sans avoir aucune des informations que vous avez pu lire dans la news ci-dessus. J’y suis donc allée à l’aveugle, étant au courant de la présence d’un pseudo bébé-foetus-mandragore affreux dans la démo… Pour le reste, j’étais juste à peu près consciente que j’allais avoir (très) peur.

Comme je vous connais un peu, que vous adorez ces « Lives de l’Horreur » et que, quitte à faire, ça m’évitait de le faire seule dans ma chambre, j’ai décidé de la faire en live avec vous. Volets fermés, aucune autre source de lumière que l’ordinateur pour suivre vos commentaires (qui ne s’affichaient pas à l’écran, les saligauds), casque sur les oreilles et manette en main j’ai donc lancé la bête en ce magnifique mercredi 13 août, à 17h30 exactement…

À partir de là, s’est ensuivit 1h12 d’un live horrifique qui m’a fait hurler (sans « surjouer » pour ceux qui m’ont demandé) et sursauter bon nombre de fois. Pour ceux qui l’ont raté, je rappelle que la rediffusion est disponible ici : On flippe un peu sur le P.T ? – Youtube/Caroline Florentz

Les plaisirs que j’ai réellement retiré de cette expérience sont : 1) de vous avoir compté à mes côtés dans cette aventure, puisque vous m’avez soutenue et même guidée 2) d’avoir lu tous vos commentaires toujours aussi sympa, et de vous avoir fait flipper à mon tour 3) évidemment un peu la fierté d’avoir fini la démo sans flancher comme j’ai cru le faire plusieurs fois tout le long de la démo …

Mais au-delà de ça … Le jeu en lui-même ne m’a pas « plu », car pour moi « plaire » et « prendre du plaisir » sont ce genre de mots ou expressions qu’on ne peut associer à ce genre de jeux. Pourquoi ? Car il franchit la limite -ou du moins la mienne- qui sépare le plaisir d’avoir peur et l’horreur de jouer. Cela peut paraître extrême mais c’est vrai. Quand tes mains et jambes tremblent, que tu crois pleurer tellement tu stresses … Jamais je n’aurais pu faire cette démo sans vous, car le live a permis d’atténuer quelque peu ce malaise qui me touchait.

C’est de cette façon que mon bilan de tout ça est emprunt de doutes, puisque je me retrouve balancée entre mal-être et plaisir. Le plaisir de vous voir nombreux à me suivre en live et faire vivre cette communauté et le mal-être de faire un jeu que je ne prends justement pas plaisir à faire.

La question est maintenant : est-ce que j’en referais ? 
Ce n’était pas mon premier « Live de l’Horreur » puisque certains d’entre vous m’avaient déjà suivi sur mes lives d’Outlast (avant la maj qui permettait de garder les stream PS4) et ce ne sera sûrement pas mon dernier, puisque comme certains le savent je raffole de survival horror (même s’ils me foutent la trouille – oui c’est quand même compatible).

Mais serez-vous aussi nombreux à me soutenir sur d’autres genres de jeux ?
Comme le live que j’avais fait sur Contrast ou encore celui sur MGS : Ground Zeroes. Je l’espère, car j’espère que vous ne prenez pas -seulement- plaisir à me voir hurler et mourir de trouille, et que vous êtes conscients qu’un jeu moins rempli de cris sera peut-être tout aussi riche en contenu.

Et sinon, un petit mot quand même sur ce P.T et le prochain Silent Hill ?
J’admire le travail qu’Hideo Kojima a encore fourni dans l’idée de camoufler son annonce. Pour moi, ce mec est et restera un génie dans le domaine des jeux vidéo. Je suis ravie qu’il soit en charge de ce projet qu’est le prochain Silent Hill, tout comme j’ai eu grand plaisir à voir la VRAIE cinématique annonciatrice de ce prochain opus. Pour moi -et j’ai vu cette info confirmée sur divers sites- le P.T n’a pas grand rapport avec ce Silent Hills (titre du prochain, le « s » final n’est pas une faute). Je pense surtout que l’équipe voulait nous montrer à quel point ils étaient capables de nous faire flipper comme jamais et cela rien qu’avec un couloir et 4 portes. Seule la cinématique de fin de la démo annonce réellement le jeu, et je trouve qu’elle est parfaite… Je jouerai sûrement à Silent Hills, tout comme j’ai joué avec mon père aux premiers épisodes sur PS1, franchira-t-il ma limite de non-plaisir ? Je ne sais pas… Peut-être. Mais ce que je sais, c’est que pour ce genre de licence, je veux bien m’y essayer.

J’ai flippé une ultime fois sur : Outlast !

Image

Ahhh Oulast, que d’émotion en parlant de ce jeu. Mon petit coeur tremble encore de cette expérience !

Concrètement, c’est grâce à Carole Quintaine et son Live sur Gameblog (voir l’article Outlast 1- 0 Caroline) que j’ai décidé de vraiment me lancer. Et franchement, la premier test a été catastrophique – et je vous passe les moments où je hurle à chaque gros flip … J’arrivais pas à passer une certaine séquence du début du jeu (SPOIL : c’est à dire la partie où vous devez remettre le courant au sous-sol après avoir accédé au poste de surveillance.)
Et après ça, j’ai décidé d’abandonner, parce que ce jeu n’était pas pour moi. Pourquoi ? Simplement parce que moi, quand on me poursuit dans un jeu, j’aime bien fracasser le crâne de mon assaillant et non pas courir pour me cacher sous un lit ! :)
MAIS, je pense que si on a l’occasion de tester Outlast, il faut le faire ! Déjà par curiosité mais aussi parce que je pense que son ambiance et son coté très immersif (grâce à une bande son bien pesante, des personnages qui vous mettent très mal à l’aise et des poussées d’adrénaline fréquentes) sont incontournables.

Suite à certaines demandes, je me suis remise sur Outlast, avec comme objectif d’essayer de proposer un Live Stream de qualité (AHAH) – et mon tout premier live de surcroît – mais surtout de passer ce niveau qui m’avait bloquée précédemment. Et je dois avouer que je me suis moi-même surprise. Je suis allée beaucoup plus loin que je pensais (tout ça grâce à mes fantastiques viewers évidemment, et leurs commentaires très encourageants :)) et je suis maintenant capable de proposer mon test définitif.

Optimisation de la PS4 : 
– La barre de luminosité => elle change de couleur en fonction de votre santé. Au premier essai, ça fait clairement stresser, quand un ignoble fou est en train de te poursuivre, qu’il te met une baffe et que ta manette clignote orange, sur le coup tu te demandes vraiment ce qu’il se passe, tu trébuches, et tu meurs. Point.
– Le pad : Il sert principalement à deux choses – et concrètement, à pas grand chose – (en ce qui concerne le début du jeu en tout cas), zoomer/dézoomer avec la caméra (ce qui n’est absolument pas pratique d’ailleurs) et accéder aux notes et documents accumulés au fil du jeu.

Gameplay :
Relativement fluide, juste quelques soucis au niveau des touches carré et croix. Bon, c’est peut-être juste moi l’handicapée, mais j’ai eu du mal à fermer des portes (surtout dans l’urgence) et à sauter par dessus les obstacles soit parce que la touche était pas prise en compte soit parce que le texte permettant de valider la touche ne s’affichait pas – souvent à cause d’un mauvais angle. C’est assez embêtant, puisqu’il y a beaucoup de courses-poursuites, et que dans ces cas-là, rester bloqué à cause d’une porte qu’on arrive pas à fermer ou ouvrir, c’est très con !

Scénario/Concept : 
De ce que j’ai vu, je trouve ça pas mal. Même si je me demande encore si Miles Upshur (le journaliste donc) ne devait pas détester sa vie pour vouloir aller s’enterrer dans l’asile de Mount Massive … J’aime beaucoup le concept du scénario qui se devine au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire et qu’on récupère des documents ou qu’on rédige des notes, j’avais déjà adoré ça sur les Resident Evil. Le fait de devoir brandir sa caméra le plus souvent possible (nécessaire pour rédiger des notes) est assez sympa mais handicapant aussi. Par contre, l’idée de l’infrarouge comme seule source de lumière et des piles à devoir repérer d’urgence si on veut pas finir le jeu dans le noir, est vraiment cool … Paniquant; mais cool ;)

Graphismes/Ambiance : 
Ici, l’expression « mourir de peur » ne me semble tout simplement plus si farfelue. Si vous avez aimé faire les Silent Hill, Alone in the Dark ou encore Amnesia, vous adorerez l’ambiance oppressante et inquiétante d’Outlast !
Graphiquement je le trouve assez joli, enfin, dans le genre joli gore hein ! ^^ Les textures sont sympas (surtout au niveau des tripes qui sortent de partout quand tu croises un cadavre…), l’option infrarouge de la caméra est très bien rendue et les personnages, même si on a l’impression que c’est Picasso qui a fait leur concept-art, sont bien finis (façon de parler !)

Remarques :
Là, je me dois d’ajouter un petit bémol au côté gameplay/scénario, il est vrai que par moments je le trouve assez répétitif. Au final, on tourne beaucoup autour de ce cercle vicieux qui est « agir-fuir-se cacher », et ça revient énormément. Alors c’est un trait assez distinctif de ce genre de jeux d’horreur ou l’on ne peut se défendre et où votre seule chance de survie se trouve dans le fait de fuir et de se planquer, mais ça peu parfois paraître un peu redondant.
Par contre j’ai bien aimé le clin d’oeil au Nemesis de Resident Evil 3 avec Chris Walker, ce gros moche qui nous poursuit et nous tombe sur le coin du nez quand on l’attend pas pendant tout le jeu !

Tout ce que j’ai à dire maintenant, c’est que je ne le finirai pas moi-même (oui, je sais c’est nul et tout, mais je suis à bout psychologiquement à cause de ce jeu :P) mais je prendrai quand même le temps de finir mon visionnage des Let’s Play de Diablox9 sur ce jeu, parce que je tiens tout de même à connaître le fin mot de l’histoire – et j’adore ses réactions aussi ;).

Et je voudrais encore remercier les personnes qui ont regardé mes deux sessions de Live Stream cet après-midi : vous avez été super ! Je le referai avec plaisir <3

Le HS #3 d’IG, mon nouveau « livre » de chevet.

ig hors série

IG : Un magazine assez cher (lesquels ne le sont pas aujourd’hui en même temps..) à l’achat, mais qui justifie son prix du fait qu’il ne sort que tout les deux mois. En gros, ça pique sur l’instant mais c’est une somme que l’on ne remettra pas le mois d’après. Vous me suivez ? Bon ok, j’essaie de rassurer mon portefeuille par la même occasion je l’avoue :3

Le Hors Série #3 d’IG, ou comment j’ai trouvé mon nouveau “livre” de chevet ;). Si vous êtes un gros fan des jeux vidéo d’angoisse et autre, ce petit trésor est fait pour vous.
Avoir le plaisir de lire des articles complets sur : Alone in the Dark (les premiers hein, je précise), les débuts de Resident Evil, Call of Cthulhu, Silent Hill, les sursauts de Dead Space… Enfin bref, je vais pas tous vous les lister, mais l’histoire du Survival Horror est là !

Heureusement, si vous l’avez loupé chez le buraliste, IG Hors Série #3 est disponible sur www.ankama-shop.com !

IG en général :

+ Ça vaut le coup !
– Des test complets parsemés d’un humour tout à fait sympathique.
– Une mise en page dynamique et colorée (mais..).
– Un rapport qualité/prix juste (taille du mag, longueur des articles).
– Sauf hors-série, ne se concentre pas sur un seul et unique sujet.
– Peu de publicités, par rapport à d’autres mags qui ne te montrent parfois que ça !

— Dommage ..
– Presque 10euros le magazine, avec toutes les infos que l’on peut trouver aujourd’hui sur la toile, ça fait mal.
– Mise en page parfois désordonnée, on aimerait un peu plus “d’aération”.